Tag Archives: voix in

Où regarde-t-on quand on parle ?

()

Certainement, l’univers créé est mal pensé, le récit convenu, les acteurs sans éclat, l’imagerie numérique vraiment laide. Certainement, puisqu’on le dit. Ça ne m’a pas empêché de prendre un certain plaisir à After Earth, parce que c’est un film de voix et qu’un film de voix ne peut être complètement raté. Shyamalan a toujours fait un usage intéressant des voix dans ses films. Je pense aux effets qu’il tirait des voix off dans Incassable et qu’il exploite à nouveau ici, ou à la diction très particulière qu’il impose à ses acteurs, depuis Sixième Sens. Je n’irai pas jusqu’à dire que ses derniers films, à défaut d’être de bons films, feraient d’honorables « dramatiques radio », comme le suggèrent en plaisantant les auteurs de cet article, mais l’idée a le mérite d’attirer l’attention sur ce qui fait l’intérêt d’un film comme After Earth.

Ceux qui ont vu Phénomènes se souviennent peut-être de la dernière scène. Mark Wahlberg et Zooey Deschanel s’étaient réfugiés dans deux abris différents, reliés par un tuyau dont l’acoustique donnait l’illusion de la présence de l’autre : l’autre, absent, lointain, était seulement présent par et dans sa voix, toute proche, comme s’il était là. Une belle scène. After Earth est pour ainsi dire une extension de cette scène sur la durée d’un film. Le père (Will Smith) se retrouve cloué dans un fauteuil au bout d’un quart d’heure de film (le pauvre n’a même pas Grace Kelly pour lui tenir compagnie). Il envoie son fils à l’autre bout de la vallée, chercher une balise de détresse ou quelque chose de ce genre, de toute façon on s’en moque, ça n’a aucun intérêt. L’intérêt, c’est que cette situation permet de développer tout un jeu de présence/absence à partir de l’utilisation des voix : tandis que le fils erre seul dans la forêt, le père reste présent près de lui grâce à un émetteur qui fait entendre sa voix. Lire la suite »