Tag Archives: Virilio (Paul)

Montage autour d’un texte historique de G. Duhamel

(Accompagné de PITKIN, son hôte américain, Georges DUHAMEL part à la découverte d’ un cinéma de Chicago…) […] Ah ! Une brève bousculade. Et nous nous trouvons assis. Les fauteuils sont assez bons. Le confort américain. Le confort des fesses. Un confort purement musculaire et tactile. Si je quitte les images une seconde, si je lève les yeux au plafond, j’aperçois un ciel où clignotent des étoiles et que parcourent des nuées légères. Bien entendu, c’est un faux ciel, avec de fausses étoiles, de faux nuages. Il nous verse une fausse impression de fraîcheur. Car, ici, tout est faux. Fausse, la vie des ombres sur l’écran, fausse, l’espèce de musique répandue sur nous par je ne sais quels appareils torrentueux et mécaniques. Et, qui sait ? fausse, aussi, cette multitude humaine qui semble rêver ce qu’elle voit et s’agite parfois, sourdement, avec des gestes de dormeur. Tout est faux. Le monde est faux. Je ne suis peut-être plus, moi-même, qu’un simulacre d’homme, une imitation de Duhamel… « Évidemment, que l’officier de la garde ait souffleté ce libre paysan, voilà qui n’est pas tolérable… » Je sens encore toutes les parties de mon corps, mais je commence à ne plus très bien sentir mon âme. Tout à fait comme chez le dentiste. La place de mon âme devient dure, étrangère, douloureusement étrangère. Est-ce qu’on va me l’arracher, mon âme, comme chez le dent… « Que le jeune paysan se révolte ! Il a bien raison. Et qu’il fuie son indigne patrie, qu’il imite ses frères aînés et s’embarque à son tour pour la libre Amérique… » Je ne peux déjà plus penser ce que je veux. Les images mouvantes se substituent à mes propres pensées. La musique… C’est vrai ! La musique ! Qu’est donc cette musique ? On l’entend sans l’écouter. Elle coule comme le vent, elle passe comme un insensible vent. Allons ! Un effort de protestation. Que j’écoute cette musique ! Je veux ! Je veux ! Je veux écouter cette musique et non pas seulement l’entendre. […]

Extrait du livre Scènes de la vie future, George Duhamel, 1930.
(à lire en ligne)
Lire la suite »