Tag Archives: post-primitivisme

Peut-être parlera-t-on un jour du genre des robots géants comme d’un genre issu d’un courant post-primitiviste

 

Hier soir, j’étais au téléphone avec ma copine. Alors que la conversation s’éternisait sur quelques mangas pour filles, dans le style Princesse Sarah ou Candy, je me suis hasardé à lui demander si elle se souvenait de Phénicia et de Vénusia, deux personnages essentiels de la série Goldorak qu’on avait découverts en France à la même époque que Candy. J’ai posé cette question, l’air de rien, afin d’éviter qu’elle ne se doute que je n’éprouvais pas une joie esthétique égale à la sienne à évoquer l’univers mélodramatique de ces séries sadomasos dédiées à la gloire de la résilience des petites filles maltraitées par le destin. Les noms de la sœur et de la copine de Goldorak n’étaient qu’une ruse destinée à orienter la discussion vers ma passion de garçon pour les robots géants. Je rêvais. Ces noms ne lui disaient rien, pas plus que celui d’Actarus, prince d’Euphor et palefrenier du ranch du Bouleau Blanc. La mémoire des mangas, sélective et individuelle, est déterminée par un facteur essentiel : la différence sexuelle. Comme je ne suis pas du genre à forcer les souvenirs des gens en les assommant de précisions qui ne peuvent que les mettre mal à l’aise, j’ai laissé aller. Les robots géants attendraient leur tour sagement. Après tout, je n’avais aucune raison de mépriser ces mélodrames, le sort que réservait Mizoguchi à ses héroïnes n’était pas très différent de celui de ces pauvres petites filles riches aux yeux immenses. J’étais résolu à écouter ma copine me faire l’analyse de l’intégrale des 115 épisodes des aventures de Candy et du Prince des collines, mais après un temps, entre dix minutes et une éternité, sans que je sache comment, elle me demande si ça me disait quelque chose ce dessin animé où l’on voyait un type pas mal dans son genre sprinter à toute allure à l’intérieur d’un robot gigantesque, traverser une cascade à bord d’un petit engin spatial et puis s’envoler dans le ciel. D’où avaient pu lui venir ces images ? Comment expliquer ce décalage entre nos deux mémoires ? Lire la suite »