Archives

Mauvais genres

()

Avida et Aaltra avaient fait des deux grolandais, les derniers parangons français d’un style venu d’ailleurs : un humour noir flirtant avec l’absurde, fustigeant avec cynisme l’égoïsme, l’aigreur et la méchanceté des hommes. Les deux éclopés d’Aaltra, échappés de leur hosto, filant sur des routes désertiques, semblaient tout droit sortis d’une pièce de Beckett, personnages qui ne s’aiment pas mais tendus vers le même objectif. Puis, de l’écrivain irlandais, ils passèrent au peintre espagnol pour Avida. Autour de toute une galerie de personnages “freaks”, ils convoquèrent joyeusement et ouvertement l’héritage surréaliste de Dali et des autres lors d’un final rocambolesque en forme de tableau vivant.

Lire la suite »