Le cri de Brando

()

Ne change rien pour que tout soit différent

(Jean-Luc Godard)

 

Sans rien changer, que tout soit différent

(Robert Bresson)

 

Marlon Brando dans "Un Tramway nommé désir" et "Le Dernier Tango à Paris"

Marlon Brando dans « Un Tramway nommé désir » et « Le Dernier Tango à Paris »

De La Nouvelle-Orléans à Paris, du tramway au métro, c’est toujours un peu la France, c’est toujours une histoire de désir, la mort en plus dans Le Dernier Tango à Paris. Dans le film de Kazan, Brando hurlait le nom de sa femme, Stella si je me souviens bien. Dans le Dernier Tango, « Fucking God », en se bouchant les oreilles… (Sa femme s’est suicidée).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>