La révolution ne sera pas télévisée

Le philosophe Alain Badiou était récemment invité à l’émission télévisuelle « Ce soir ou jamais » présentée par Frédéric Taddeï à l’occasion de la parution d’un nouveau livre L’hypothèse communiste (1). Lors de cette émission, les téléspectateurs auront sans aucun doute constaté avec quelque étonnement le traitement particulier réservé à Badiou au cours de la discussion. En effet, à plusieurs reprises, le présentateur propose au philosophe de regarder des extraits de films pour illustrer les propos autour des sujets mis sur la table. Pour les « séquestrations » de patrons, un extrait du film de M. Karmitz Coup pour coup (1972), pour l’hypothèse communiste à ne pas négliger un extrait de La Chine (1972) d’A. Antonioni, pour l’insurrection des minorités un extrait de Ma 6-T va crack-er (1997) de J.-F. Richet. Puisqu’il est visible que Taddeï ne s’intéresse pas, ou n’a pas le temps de s’intéresser, à ce que pense réellement Badiou de ces films, il faut croire que ces extraits n’ont d’autre vocation que de rabattre le cinéma sur les sujets évoqués (et non l’inverse) auprès des spectateurs que nous sommes, là même où Badiou exhorte à trouver des « points de réel » afin de lutter contre le capitalisme. Bref, le dispositif a tout de la mise sous verre : Badiou, les films, tout est mis en vitrine comme une affiche de Mai 68 dans une exposition commémorative, alors même que Badiou est venu parler de l’avenir du mot « communiste ». Le présent même est renvoyé à une forme de reprise du passé, de remake, de sequel, pour parler comme au cinéma, inscrivant les luttes en cours dans un futur pauvre, sans avenir. Cette construction médiatique utilise grossièrement le cinéma pour ce qu’il est toujours appelé à devenir in fine souvent malgré lui, à savoir un outil policier (2) spectaculaire de la culture visant à maintenir chacun à sa place confortable de consommateur. Dans la rubrique Hantologie, un texte récemment distribué par Badiou lors de son séminaire à propos du cinéma et de Platon éclairera sans doute sous un jour nouveau le comportement de Taddeï à l’encontre du philosophe lors de cette émission.

JM

(1) L’émission est disponible en ligne.
(2) Opposée à la politique, « la police est, en son essence, la loi, généralement implicite, qui définit la part ou l’absence de part des parties », selon Jacques Rancière.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>