Archives

Manila Vice

()

Kinatay

Au fond, les cinéastes qui ne ménagent pas leurs spectateurs, qui se refusent d’entrer dans un rapport de séduction, ça ne court pas tellement les rues. Mendoza, je le crois, en fait partie. Il parcourt les ruelles encombrées de Manille comme personne. Pourtant, son histoire d’apprenti criminologue plongeant le temps d’une nuit (et peut-être pour le reste de sa vie) dans l’enfer de la mafia, n’a rien de particulièrement originale. Un tel sujet a été traité sous toutes les coutures par les cinéastes asiatiques et étasuniens, mais rarement avec une telle rugosité. Des plans de nuit, mobiles, tremblés, tout en nervosité. Des plans que ne renieraient peut-être pas un Grandrieux s’ils n’étaient aussi peu élégants. La démarche de Mendoza semble inspirée par un sentiment d’urgence, une nécessité vitale qui n’a a priori pas grand chose à voir avec une idée du beau, ou du laid. Il capte fébrilement et de la même manière le scènes de mariage comme les pires atrocités. Lire la suite »